Etude du marché résidentiel (notaires): augmention des prix en 2018

>>>Etude du marché résidentiel (notaires): augmention des prix en 2018

En 2018, le prix moyen d’une maison en Belgique a augmenté de + 4,7%, pour atteindre un montant de 251.584 euros.

Compte tenu de l’inflation, Il s’agit de la première réelle augmentation des prix en cinq ans.

Le marché immobilier reste toujours principalement porté par les jeunes. Ces éléments ressortent clairement du baromètre des notaires 2018.

 

Prix moyen d’une maison

En 2018, le Belge a dépensé 251.584 euros pour une maison. Cela représente une augmentation de + 4,7% par rapport à 2017. En tenant compte de l’inflation (+ 2,2% en 2018), l’augmentation s’élève à + 2,5%. « Il s’agit de la première croissance significative en cinq ans », déclare le notaire Renaud Gregoire, porte-parole de Notaire.be.

 

En Région de Bruxelles-Capitale, l’augmentation constatée est d’un peu plus de + 5% et le prix moyen dépasse pour la première fois 450.000 euros.

 

En Flandre, le prix moyen est de 277.304 euros (+ 3,8% par rapport à 2017).

En Wallonie, le prix moyen s’élève à 189.257 euros, soit presque 90.000 euros de moins qu’en Flandre. On note également une hausse de + 3,7% par rapport à 2017.

«La demande reste élevée dans toutes les régions. Essentiellement les jeunes de moins de 35 ans, saisissent l’occasion d’acheter une maison et de contracter un prêt immobilier avec un taux d’intérêt attractif», déclare le notaire.

Le prix varie considérablement d’une province à l’autre. Le prix le plus bas soit 153 890 € concerne le Hainaut, et le prix le plus élevé est de 452.721 € dans la région de Bruxelles-Capitale.

 

En Wallonie, l’augmentation des prix a été constatée dans toutes les provinces à l’exception de la province du Luxembourg (inchangé).

La province du Hainaut se caractérise par l’augmentation la plus importante, soit + 6,2% (prix de 153.890 euros). Le Brabant wallon affiche l’augmentation la plus faible, soit +2,5% (323.304 euros).

Les prix ont aussi augmenté à Namur (+2,9% 192.783 euros), à Liège (+4% 181.852 euros). A Bruxelles, les prix augmentent également de +5,3% pour atteindre une moyenne de 452.721 euros.

Nombre de transaction

Pour toute l’année 2018 le nombre de transactions immobilières a progressé de 1,6%.

En Flandre le volume est resté identique à celui enregistré en 2017, soit +0.1% tandis qu’en Wallonie la progression a été de + 5,5%. Bruxelles a, par contre, connu une activité en baisse (-2.4%)

 » Au dernier trimestre 2018, nous avons constaté un nombre record de transaction en Wallonie », poursuit le notaire Grégoire. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette augmentation: le début d’année avait été plus mesuré dans l’activité immobilière et il y a un effet de ‘rattrapage’.

Les incertitudes liées aux marchés financiers expliquent aussi ce mouvement et enfin les taux d’intérêt qui restent très faibles participent à l’activité immobilière.

 

Prix moyen d’un appartement

En 2018, le prix d’un appartement était de 220.095 euros, soit une augmentation de + 1,8% par rapport à 2017. Si l’on tient compte de l’inflation, cela signifie une diminution de prix.

En Wallonie le prix a augmenté de + 0,5% et atteint 174.410 euros ; à Bruxelles de + 2,4% (240.250 euros) et en Flandre de + 1,6% (224.331 euros).

Evidemment, l’évolution des prix varie d’une province à l’autre. À Liège, le prix moyen d’un appartement a augmenté de + 4,9% (167.140 euros). Au Hainaut, également, les prix étaient également en hausse (+2.8% / 138.143 euros). A Namur, le prix est resté quasi inchangé. Tandis qu’au brabant Wallon, on note une diminution de -2.0% et au Luxembourg de -5.7%.

« Les acheteurs restent davantage intéressés par des appartements neufs et négocient davantage le prix demandé à l’origine pour les appartements existants, en regard des coûts de rénovation et des charges liés », explique Renaud Gregoire.

Par rapport à 2014, les prix des appartements ont augmenté de + 10.1%. L’acquéreur paye désormais 20.000 euros de plus qu’en 2014. Si on tient compte de l’inflation (+ 7% au cours des cinq dernières années), la valeur réelle des appartements a augmenté de + 3% au cours des cinq dernières années.

 

Chambre supplémentaire

Le supplément de prix pour une chambre supplémentaire augmente considérablement. Un appartement 2 chambres coûtait l’année dernière en moyenne près du tiers de plus qu’un appartement 1 chambre (220.515 euros contre 170.426 euros).

Pour un appartement 3 chambres, l’acheteur payait également un tiers de plus que pour un appartement 2 chambres.

À Bruxelles, l’acheteur paie lui près de + 42% de plus pour un 3 chambres (versus un 2 chambres), soit près de 100.000 euros en plus.

 

Les jeunes : acteurs importants sur le marché immobilier

Pour la première fois, la Fédération du notariat a analysé l’âge du vendeur et de l’acheteur.

Nous constatons qu’environ 45% des acheteurs sont des jeunes de moins de 35 ans. Les cinquantenaires et plus, ne représentent pas ensemble 25% de tous les achats. « Ce sont toujours les jeunes qui tirent le marché immobilier, alors que les acheteurs plus âgés le soutiennent plutôt », conclut le notaire.

Inversement, plus de 40% des vendeurs ont plus de 60 ans. Un quart des vendeurs ont entre 35 et 50 ans. Un autre quart entre 50 et 60 ans.

 

A savoir: Les données pour ce baromètre sont collectées au moment de la signature du compromis de vente, trois à quatre mois avant la signature de l’acte. Ainsi, les notaires disposent des données les plus récentes sur le marché immobilier belge.

 

Par | 2019-01-25T12:53:23+00:00 25 janvier 2019|Blog, Infos immobilières|0 commentaire

À propos de l’auteur :

Avatar
Fondateur et Big Boss (au propre et au figuré), de PIM.be, agence immobilière atypique à Bruxelles, Erik Deckers est un ancien journaliste (1972-1978), reconverti en agent immobilier depuis 1978. Il a notamment participé à un groupement précurseur, aujourd’hui disparu (Immodistribution), favorisant, notamment par l’informatique (qui en était encore à ses balbutiements), la collaboration entre confrères immobiliers. Après un passage à la CIB, il a participé à Réflexions Immobilières (association professionnelle alternative). Il a été élu membre du Conseil National de l’IPI (Institut Professionnel Immobilier) et en a été le Trésorier (2005). Il y a notamment initié la mise en place du nouveau Code de Déontologie, actuellement en vigueur. Depuis lors, il réserve l’essentiel de son temps professionnel à PIM.be…

Laisser un commentaire

Au hasard de nos offres
  • Maison 1 650 000 € IXELLES
  • Villa 3 900 000 € UCCLE
  • Villa 1 290 000 € RHODE ST GENESE
  • Villa 2 650 000 € UCCLE
  • Villa 985 000 € RHODE ST GENESE
  • Maison Sorry : trop tard ! UCCLE
  • Villa 2 980 000 € WATERLOO
  • Loft 850 000 € RHODE ST GENESE
  • Appartement 635 000 € UCCLE
  • Maison 4 600 000 € BRUXELLES
  • Voir toutes les offres »