Baromètre des notaires (1er trimestre 2019)

>>Baromètre des notaires (1er trimestre 2019)

Les Belges sont particulièrement actifs sur le marché immobilier
Pas de fluctuation majeure dans le prix moyen des maisons et des appartements.

Au cours du premier trimestre, le marché immobilier s’est avéré particulièrement animé. Cela ressort des chiffres publiés par la Fédération du Notariat (Fednot). Notre pays n’avait encore jamais enregistré autant de transactions immobilières qu’au cours du premier trimestre de cette année. Par rapport au quatrième trimestre 2018, une augmentation de +5,5 % a été constatée. Comparé au premier trimestre 2018, le nombre de transactions a augmenté de +8 %. Renaud Grégoire, notaire : « L’animation constatée sur le marché immobilier belge s’est également ressentie au sein du secteur financier : le nombre de prêts hypothécaires pour l’achat d’une maison n’a jamais été aussi élevé qu’au cours des trois derniers mois. Étant donné que les taux d’intérêt restent particulièrement intéressants, le nombre de personnes actives sur le marché immobilier augmente également ».

Un plus grand nombre de transactions au sein des trois régions

L’activité soutenue est également visible au niveau régional: que ce soit à Bruxelles, en Flandre ou en Wallonie, le nombre de transactions immobilières n’a jamais été aussi élevé. À Bruxelles, le volume des transactions a augmenté de +5 % par rapport au premier trimestre 2018. La Flandre et la Wallonie, avec respectivement 60,8 % et 32,3 % de part de marché, ont vu leur volume immobilier augmenter d’environ +8 % par rapport à un an auparavant.

Les provinces wallonnes

En Wallonie, l’activité immobilière au premier trimestre 2019 a augmenté de +4,5% par rapport au quatrième trimestre de l’année dernière et de +7,9% par rapport au premier trimestre 2018. Le Brabant wallon est la seule province à voir son activité immobilière progresser pour le quatrième trimestre consécutif et a ainsi le taux de croissance le plus élevé (+19,8% par rapport au 1er trimestre 2018). En province de Namur, l’augmentation du volume immobilier par rapport au trimestre précédent est la plus forte (+14,6%) mais traduit une correction du 4e trimestre 2018 en forte diminution. La province du Hainaut n’enregistre, quant à elle, qu’une croissance de +1,3 %.

Segmentation par type de bien

Pour la première fois, les chiffres publiés par Fednot reprennent également le nombre de transactions sur la base du type de bien immobilier : maisons, appartements, terrains (à la fois les terrains à bâtir et les terrains agricoles) et autres types de biens immobiliers (bureaux, commerces, bâtiments industriels et garages).

Renaud Grégoire : « Parmi toutes les transactions immobilières enregistrées au cours du premier trimestre 2019, 44 % concernaient des maisons. Les terrains ont représenté pratiquement 30 % de toutes les transactions. Et dans un peu plus de 15 % des cas, il s’agissait d’appartements. » Sans surprise : la Région de Bruxelles-Capitale possède un marché atypique par rapport au reste du pays. Près de la moitié des transactions y concernaient un appartement. Le marché des maisons bruxellois s’élevait à environ 30 %. Les terrains, rares à Bruxelles, représentaient à peine 3 % de toutes les transactions.
En Wallonie, dans les provinces de Luxembourg et de Namur, la moitié des transactions immobilières concernent des terrains à bâtir ou agricoles. Celles-ci ne représentent qu’un quart du marché dans le Hainaut, où le marché des maisons domine.

Prix moyen d’une maison dans notre pays : 253 904 EUR

Au cours du premier trimestre 2019, le prix moyen d’une maison dans notre pays s’est élevé à 253 904 EUR. Par rapport à la moyenne annuelle de 2018, cela représentait une augmentation de +1,0 %. Au cours des trois premiers mois de 2019, les acheteurs ont payé en moyenne près de 2 400 EUR de plus qu’en 2018 pour une maison. Sur la période 2014-2019, le prix moyen d’une maison a augmenté de pratiquement 27 000 EUR, ce qui équivaut à une augmentation de +11,9 %. Compte tenu d’une inflation de 7,3 % sur cette même période, le prix moyen d’une maison a augmenté en valeur réelle de +4,6 %.

Renaud Grégoire : « En dépit du nombre élevé de transactions, nous ne remarquons pas immédiatement de fluctuations de prix particulièrement importantes. En termes réels, l’augmentation s’est élevée à moins d’1 % par an. Il n’est donc pas question d’une surchauffe du marché immobilier en Belgique, contrairement à d’autres pays. »

Les maisons dans les provinces de Wallonie

La plus forte hausse du prix moyen a été enregistrée en Brabant wallon (+2,8% par rapport à l’année dernière), affichant un prix de 332.394 EUR, soit +75 % au-dessus de la moyenne wallonne et +31 % par rapport à la moyenne nationale.
La diminution la plus importante a été enregistrée en province du Luxembourg (-0,7%), atteignant en moyenne, 154.679 EUR.
Les prix en province de Luxembourg sont désormais moins chers qu’en province de Namur, devenue la 2ème province la plus chère de Wallonie pour les maisons.

Le prix moyen de chaque province wallonne est supérieur de 3,0% à 14,0% par rapport à l’année 2014. Le prix moyen au premier trimestre 2019 en Belgique est de 253.904 EUR. Dans la Région de Bruxelles-Capitale, le prix moyen s’élève à 458.771 EUR. En Wallonie, à l’exception du Brabant wallon où le prix moyen d’une maison atteint 332.000 EUR, le prix moyen y est en moyenne plus bas que dans le reste du pays (190.049 EUR).

Prix moyen d’un appartement dans notre pays : 221 656 EUR

Au cours du premier trimestre 2019, le prix moyen d’un appartement en Belgique s’est élevé à 221 656 EUR. Par rapport à la moyenne annuelle de 2018, cela représentait une augmentation de +0,8 %. Au cours des trois premiers mois de 2019, les acheteurs ont payé en moyenne près de 1 000 EUR de plus qu’en 2018 pour un appartement.

Renaud Grégoire : « Sur la période 2014-2019, le prix moyen d’un appartement a augmenté de 22 000 EUR, ce qui équivaut à une augmentation de +10,9 %. Compte tenu de l’inflation sur cette même période, le prix moyen d’un appartement a augmenté en valeur réelle de +3,6 %. L’augmentation réelle était donc inférieure à celle des maisons. »

Évolution du prix moyen d’un appartement au sein des régions

Au cours du dernier trimestre, le prix moyen d’un appartement a augmenté au sein des trois régions : Bruxelles (+1,2 %), Flandre (+1,1 %) et Wallonie (+0,5 %). Sur le premier trimestre 2019, le prix moyen d’un appartement à Bruxelles était de +9,7 % supérieur à la moyenne nationale. Le prix d’un appartement bruxellois s’élevait à 243 166 EUR. En Flandre, le prix a atteint 226 641 EUR, soit +2,2 % de plus qu’un appartement belge moyen. En Wallonie, le prix était nettement inférieur à la moyenne nationale : -20,9 %, avec un prix moyen de 175 344 EUR.

Les appartements dans les provinces de Wallonie

Au cours du premier trimestre 2019, le prix moyen d’un appartement a connu une augmentation en Brabant wallon (+4,7%) et en province de Luxembourg (+0,8%) par rapport au prix moyen en 2018. Les prix moyens sont stables en province de Namur et en Hainaut (-0,5%) tandis qu’ils diminuent de -3,1% en province de Liège.
Par rapport au prix moyen en Région wallonne (175.344 EUR), seul le prix moyen d’un appartement en Brabant wallon y est bien supérieur (+41,0%). Le prix moyen en province de Namur est au même niveau tandis que les 3 autres provinces (Liège, Luxembourg et Hainaut) y sont inférieurs de respectivement -7,7%, -9,2% et -21,6%
Le Hainaut et le Brabant wallon sont restés respectivement la province la moins chère et la plus chère de Wallonie. Avec un prix moyen de 246.550 EUR, un appartement coûte en Brabant wallon pour la 1ère fois plus cher qu’en Région de Bruxelles-Capitale.

Par | 2019-04-23T17:33:05+00:00 23 avril 2019|Blog|0 commentaire

À propos de l’auteur :

Avatar
Fondateur et Big Boss (au propre et au figuré), de PIM.be, agence immobilière atypique à Bruxelles, Erik Deckers est un ancien journaliste (1972-1978), reconverti en agent immobilier depuis 1978. Il a notamment participé à un groupement précurseur, aujourd’hui disparu (Immodistribution), favorisant, notamment par l’informatique (qui en était encore à ses balbutiements), la collaboration entre confrères immobiliers. Après un passage à la CIB, il a participé à Réflexions Immobilières (association professionnelle alternative). Il a été élu membre du Conseil National de l’IPI (Institut Professionnel Immobilier) et en a été le Trésorier (2005). Il y a notamment initié la mise en place du nouveau Code de Déontologie, actuellement en vigueur. Depuis lors, il réserve l’essentiel de son temps professionnel à PIM.be…

Laisser un commentaire

Au hasard de nos offres
  • Maison Sorry : trop tard ! UCCLE
  • Appartement 650 000 € UCCLE
  • Villa 3 900 000 € UCCLE
  • Appartement 400 000 € UCCLE
  • Villa Sorry : trop tard ! RHODE ST GENESE
  • Villa 1 395 000 € UCCLE
  • Appartement Sous option UCCLE
  • Villa 1 290 000 € RHODE ST GENESE
  • Villa Sorry : trop tard ! RHODE ST GENESE
  • Villa 2 650 000 € UCCLE
  • Voir toutes les offres »